D’où vient le Reggae ? Origine et Histoire

471
Reggae

Nous avons eu l’occasion il y a quelques jours de vous parler de l’histoire du Jazz, aujourd’hui nous abordons l’histoire du Reggae. Le reggae a vu le jour en Jamaïque au milieu du 20e siècle (plus précisément dans les années 1960). Il existe une idée fausse selon laquelle de nombreux styles de la Jamaïque sont associés à ce nom. Mais à proprement parler, il s’agit d’un genre musical issu d’autres genres tels que le rocksteady et le ska. Le reggae se distingue sur le plan rythmique par son accent « snak ».

Les temps de ce rythme musical sont plus lents que ceux du rocksteady et du ska car ils sont marqués sur les deuxième et quatrième temps de chaque mesure. Les sons de guitare sont incorporés afin de souligner le troisième temps ou de soutenir l’accord du deuxième au quatrième temps. C’est généralement le troisième temps qui différencie la musique reggae du rocksteady, car elle fait un usage très rapide et compliqué des basses.

Histoire de la musique reggae

Il a vu le jour dans les années 1960, lorsque les stations de radio du sud des États-Unis diffusaient régulièrement des titres de RnB, écoutés par les Jamaïcains qui y trouvaient l’inspiration pour leurs nouveaux morceaux. Le décalage était considéré comme la particularité de ce style caribéen.

Le off beat a progressivement commencé à prédominer dans chaque chanson, tout comme les influences des mélodies afro-antillaises, qui sont devenues de plus en plus indispensables. Ce n’est qu’au cours de la décennie suivante qu’apparaissent de nouveaux artistes qui tentent de fusionner les nouveaux styles de rocksteady avec les voix des rastafaris.

Le reggae a émergé avec ces conditions, l’action positionnant la basse et la batterie comme les éléments primaires, plaçant le reste des instruments au second degré. Même les rythmes de la soul et du rock, avec la brutalité de leur force électrique, ont constitué une partie primordiale de la musique reggae. Ses paroles ont évolué pour parler des problèmes sociaux, des tyrannies, du consumérisme et de la transparence des sociétés modernes.

Il s’est caractérisé par des propos sur la misère, la politique et le rastafarisme. Il a également la particularité de remplir des styles aussi différents que le « Punk-Rock » et même le « Rap » lui-même, qui a été développé par des citoyens jamaïcains vivant à New York. Aujourd’hui, on utilise le rap avec des bases reggae, revenant ainsi à ses origines, ce qui est connu sous le nom de « Raggamuffin« . La chanson Alborosie en est un exemple.

Le reggae a transcendé toutes ces décennies pour arriver à nos jours, sans perdre ce trait de fraîcheur et de modernité. Bien qu’au début ce genre ne vienne que de la Jamaïque, plusieurs pays comme l’Angleterre, le Venezuela ou l’Angola ont créé leur propre reggae. Toutefois, la qualité de ces derniers est jugée faible ou médiocre. Un exemple de cela est la chanson du groupe britannique « UB40 ».

Bob Marley : le roi du reggae

Cet exposant était et reste le plus grand représentant du reggae dans le monde. Nous avons tous entendu plus d’une fois « No woman no cry » ou le tube « One love ». Ce sont des coups purement transitoires. Nous allons donc maintenant nous concentrer sur qui il était et sur certains aspects de sa vie.

Il est né le 6 Février 1945 dans la mer des Caraïbes de la Jamaïque, Ses parents étaient Norval Marley et Cedella Marley, Surtout il a été créé par sa mère, parce que son père, ne pouvait pas passer beaucoup de temps avec lui à cause de ses innombrables voyages. Bien qu’il y ait des rumeurs selon lesquelles c’est sa grand-mère qui l’a empêché de le voir, simplement pour des raisons racistes.

Il n’est donc pas surprenant que l’enfance et la jeunesse de Bob n’aient pas été très agréables, puisqu’il a subi des moqueries, du mépris et des coups pour le simple fait d’être un mulâtre. Cependant, il a fait preuve d’une sérénité d’un autre niveau, qui l’a aidé à ne jamais baisser les bras et à poursuivre sa vie. Et bien qu’il se considère comme noir, il a accepté son métissage sans crainte.

La musique reggae

En 1960, à l’âge de 15 ans, il réussit à monter un groupe, et il ne faut pas attendre longtemps pour que Jimmy Cliff lui présente un producteur en 1962, et après plusieurs négociations, il sort son premier CD Judge Not. Plus tard, sous le nom de « The Wailing Wailers », ils créent plus de 15 singles à la renommée indéniable, qui durent jusqu’en 1967. Cela a duré jusqu’en 1967, date à laquelle Bob a abandonné le christianisme pour embrasser sa nouvelle religion : le rafastari.

Malgré leur popularité, le groupe s’est séparé, mais les membres restants ont formé le groupe renommé « The Wailers », et bien qu’ils n’aient pas été acceptés avec la même popularité en 1972, ils ont convenu avec le producteur « Island Records » leur premier album officiel intitulé « Catch a Fire » qui les a emmenés à des tournées incalculables dans tout le Royaume-Uni et en Amérique. En 1973, ils sortent l’album Burnin qui ajoute le tube « I Shoot the Sheriff ».

Forte de son succès et de sa célébrité, quatre ans plus tard, on lui a diagnostiqué un mélanome nocif sur le gros orteil de son pied droit, qui a été la cause de sa mort lorsqu’il n’a pas été traité à temps et avec les mesures nécessaires. Et malgré les difficultés, il a continué sa tournée de concerts permettant à sa voix d’atteindre tous les coins du monde, se terminant par le grand succès de la chanson « Is this love ».