Kwanz : Une machine à refrains

512

El Presidente répond à l’offre de LibertyMusic, animateur sur la radio Graf’hit, organisateur d’événements.. il s’agit d’un homme multifonctions, il vous propose aujourd’hui sa chronique sur un artiste complet qu’est Kwanz, préparation d’album, une mixtape qui tourne déja, découvrez cet artiste grâce à El Presidente.

LibertyMusic, un concept fort !

Un concept simple mais qui reste très rare : “le partage en toute liberté.” Obligé de répondre positivement à l’appel de l’homme que l’on appelle : @Nivlem BCL, du haut de sa vingtaine, il conserve une qualité qui a eu tendance à s’éroder chez moi : “la motivation” ! Avoir la dalle c’est un truc de rookie, c’est loin d’être péjoratif au contraire car dans le hip hop, ça va de pair avec la passion. La passion, j’en ai toujours… la motivation, elle est enfouie mais il y a toujours un artiste pour me ramener à la surface et remettre mon navire sur les flots des multitudes de sorties que compte le hip hop de nos jours. Alors oui il faut slalomer, entre le formaté, le périmé, le non identifié, le non calibré et le destiné à briller.

Je vais rester sur la dernière catégorie avec un artiste que je qualifie de tout terrain : KWANZ.

“Kwanz, l’homme est long”

L’homme est long, au moins aussi long que son CV musical, il a baigné très jeune dans la musique et s’est adonné au Gospel. Ses influences sont vastes, larges et se retranscrivent dans son hip hop mélodieux : du gospel, du dancehall, un soupçon de soul et des effluves venues tout droit du Queen’s.

Vouloir qualifier Kwanz et le mettre dans une catégorie c’est la première erreur, d’un naturel modeste et humble il a un don que beaucoup d’entre nous aimeraient avoir, notamment les MC’s : il trouve toujours le refrain qui reste H24 dans la tête, recette d’un titre qui marque.

“Une machine à refrains”

Mais ça n’est pas qu’une machine à refrains même si l’efficacité de ces derniers n’est plus à vanter tout comme son gimmick préféré (wesh nuggets). Auteur d’un premier projet remarqué (KWANZ BRIDGE) qui a été produit en Jouy en josas et le queen’s. Kwanz revient avec une mixtape « remise en question » en attendant l’album. Son clip “va savoir” a squatté la rotation de l’excellent site de la Scred Connexion et sa tape a trôné tout en haut du top de Haute Culture. Gage de qualité.
Sans trop rentrer dans les détails. Je vous invite à découvrir un vrai Maitre de cérémonie qui a évolué des tendances boom bap de son premier opus (avec des prods remarquées de Samsmock) pour arriver sur des sonorités contemporaines aux antipodes des produits surgelés et formatés qui polluent certaines ondes.

Un texte tantôt pesant quand il évoque la condition de l’homme noir à des mélodies plus légères pour un morceau egotrip, ainsi Kwanz met tout ce qu’il a dans sa musique et ce qu’il a de plus précieux. C’est alors son statut d’homme du monde et sa tête bien vissée sur les épaules qui regarde droit vers les étoiles.

Stay tuned.
Peace