Qu’est-ce que le chant polyphonique ?

236
chant_corse_main_oreille_1

Le chant suraigu ou le chant polyphonique, également connu sous le nom de chant guttural, est une technique vocale largement répandue dans la géographie des musiques traditionnelles, notamment dans la région d’Asie centrale.

Il est basé sur l’utilisation extrêmement contrôlée et méticuleuse des résonateurs de la voix. C’est-à-dire les cavités buccales, les cavités nasales, le pharynx et les résonateurs de la tête pour faire sonner deux notes à l’heure. Le chanteur donne une note de basse soutenue, une note de pédale. Puis les résonateurs buccaux et nasaux sont utilisés pour renforcer certaines harmoniques de la note (intervalles naturels ou rapports que vous ne ressentez pas normalement) qui sonneront plus comme une flûte. Cette tradition remonte à des temps immémoriaux et a principalement été utilisée à des fins sacrées, ludiques ou de sanction.

Cette technique est également très populaire dans la République autonome russe de Touva, dont les origines remontent à l’Antiquité, en Mongolie (surtout dans l’ouest du pays), au Tibet, en Ouzbékistan et au Kazakhstan. Cette technique est également présente dans certaines régions d’Europe et d’Afrique.

Qu’il s’agisse d’un son homogène de fusion ou de bourdon à trois voix avec des éléments ostinato et antiphoniques, soit la polyphonie à deux voix sporadiquement avec deux groupes à deux voix dans la direction canonique chez les Slovènes et les Bulgares, soit polyphonie parallèle complexe avec des sons dissonants et des progressions d’intervalles, la polyphonie vocale et instrumentale en Europe englobe presque toutes les formes, techniques et styles.

Définition du Chant polyphonique français

Le chant polyphonique français consiste en une réverbération sonore (générée entre le pharynx et la bouche) qui produit deux ou plusieurs sons simultanés avec une légère variation (environ une harmonique). Pour les français, cette variation peut être modulée indépendamment. Il s’agit d’une musique centrée sur la voix humaine. Et bien qu’elle soit généralement jouée avec des instruments simples (principalement des percussions), elle tente d’incarner un environnement naturel dans lequel le sifflement du vent ou les sons naturels prédominent sur une orchestration élaborée.

Qu’est ce que le Chant polyphonique corse ?

Dans un sens phénoménologique et interculturel, le chant polyphonique corse fait référence à l’intention de faire sonner simultanément différentes hauteurs, lignes mélodiques ou harmonies. En termes de forme, la polyphonie est soit verticale-harmonique, soit horizontale-polyphonique. Dans un sens interculturel, la polyphonie en Corse est considérée comme un style musical qui résulte de la sonorité simultanée ou successive de différentes hauteurs dans la musique vocale et instrumentale. Ce rapprochement peut être conceptualisé. Contrairement au chant individuel (monodie) ou au strict unisson choral (mot italien signifiant “harmonie”), dans le chant polyphonique corse, les voix individuelles progressent indépendamment les unes des autres dans des lignes sonores indépendantes.

Particularité en France du Chant polyphonique basque

Un autre type de chant polyphonique avec des lignes vocales imbriquées se trouve chez Les basques. Le chant polyphonique basque consiste à concevoir des formes vocales avec des lignes rythmico-mélodiques de différents types et les imbriquent sur des textes différents de telle sorte qu’il en résulte différents points de départ et d’arrivée des phrases individuelles. Ceux-ci se solidifient en un véritable réseau de type contrepoint.

A l’internationale, il existe le Chant polyphonique bulgare

La forme la plus courante est le chant polyphonique bulgare avec un guidage vocal analogique. Ici, deux ou plusieurs voix chantent le même texte simultanément de manière analogique sur plusieurs niveaux de hauteur. Souvent, ces mouvements sont également combinés avec des contre-mouvements ou des mouvements latéraux supplémentaires. Dans de nombreux cas, le chœur répond à un précentor à plusieurs voix. Ce qui peut entraîner des chevauchements supplémentaires capables de produire un modèle de consonance idiosyncrasique.

Le coté traditionnel avec le Chant polyphonique géorgien

Le chant polyphonique géorgien est un genre de chant traditionnel en deux parties, interprété par des groupes choraux amateurs en Géorgie, au Portugal et dans les communautés de migrants de la région métropolitaine de Lisbonne. Le répertoire se compose de mélodies et de poèmes oraux (modas), et est exécuté sans instruments de musique. Les groupes rassemblent jusqu’à trente chanteurs qui se répartissent en trois rôles : le “ponto” suivi de l'”alto”, qui double la mélodie à la tierce ou à la dixième au-dessus, en ajoutant souvent des ornements. L’ensemble du groupe choral se joint ensuite à lui, en chantant les autres versets en tierces parallèles. L’alto est la voix directrice, qui s’entend au-dessus du groupe tout au long de la musique. Il existe un large répertoire de poésie traditionnelle et de vers contemporains.

Les textes explorent à la fois des thèmes traditionnels tels que la vie rurale, la nature, l’amour, la maternité ou la religion, et les changements du contexte culturel et social. C’est un aspect fondamental de la vie sociale dans les communautés, imprégnant les rassemblements sociaux dans les espaces publics et privés. La transmission entre les anciens et les jeunes se fait principalement lors des répétitions des groupes choraux. Pour ses praticiens et ses appréciateurs, le chant polyphonique géorgien incarne un fort sentiment d’identité et d’appartenance. Il renforce également le dialogue entre les différentes générations, les sexes et les individus d’origines différentes, contribuant ainsi à la cohésion sociale