Biographie de PJ Harvey, le compositeur de Peaky Blinders

633
peaky blinders musique

PJ Harvey, de son vrai nom Polly Jean Harvey, (née le 9 octobre 1969 à Corscombe, près de Yeovil, en Angleterre), auteur-compositeur-interprète et guitariste britannique dont les enregistrements et les concerts, mythiques et d’une intensité fanatique, ont établi de nouvelles normes pour les femmes dans le rock.

Harvey, née de parents contre-culturels dans l’Angleterre rurale, semble avoir grandi avec le sentiment que le rock était simplement une autre force élémentaire du paysage.

Vous avez surement connu PJ Harvey en regardant les crédit à la fin d’un épisode de peaky blinders, cette série qui est devenu emblématique avec le costume ou encore le béret peaky blinders. Un style à part entière, aujourd’hui nous allons vous évoquer dans cet article l’histoire et la vie de PJ Harvey, sa vie musicale.

« Sheela-na-gig », par exemple, single de son premier album, Dry (1992), prend comme image centrale les sculptures féminines exhibitionnistes aux organes génitaux béants que l’on trouve partout en Irlande et au Royaume-Uni, et dont les origines font l’objet de débats. La chanson, comme beaucoup d’autres de Harvey, traite de la sexualité féminine comme d’une force ravageuse et hantée, mais, au lieu de jouer la victime, elle incarne théâtralement ses obsessions, les assimile à la menace séduisante du rock et du blues, et se construit en archétype. Dans d’autres mains – par exemple, celles du rockeur postpunk Nick Cave, l’une de ses principales influences – de tels mouvements risqueraient d’être absurdes. Mais Harvey contrôle sa présentation de soi avec un soin extraordinaire : figure squelettique aux lèvres rougeoyantes et au sourire énigmatique, elle utilise une diction soignée même si le récit la fait passer du murmure taquin au cri étranglé.

pj harvey

Au départ, le nom de PJ Harvey faisait référence non seulement à Harvey mais aussi au trio qu’elle formait avec le bassiste Stephen Vaughan (né le 22 juin 1962 à Wolverhampton) et le batteur Robert Ellis (né le 13 février 1962 à Bristol). Sous la supervision technique de Steve Albini (dont la réputation d’extrémiste sonore repose sur ses propres groupes, Big Black et Shellac, et sur sa production de groupes tels que les Pixies et Nirvana), ils enregistrent l’album le plus difficile de Harvey, Rid of Me (1993) ; une version plus douce de certains des mêmes morceaux, 4-Track Demos, sort la même année. Après la tournée de promotion de ces albums, Ellis et Vaughan ont quitté PJ Harvey, qui est devenu le surnom de Harvey en tant qu’artiste solo.

To Bring You My Love (1995) présente un groupe élargi et des arrangements plus accessibles. Lorsque Harvey part en tournée avec ce matériel, elle met de côté son jeu de guitare rugueux pour une présentation plus théâtrale et est reçue avec le genre d’accolades cultes que Bruce Springsteen avait générées deux décennies plus tôt. Pourtant, Harvey n’a pas su tirer parti de cet enthousiasme. Sur Dance Hall at Louse Point (1996), une collaboration avec John Parish, qui avait été son compagnon de groupe dans Automatic Dlamini lorsqu’ils étaient adolescents, elle abandonne le contrôle de la musique, qui, bien plus que ses paroles, s’avère être sa principale force.

L’album suivant de PJ Harvey, Is This Desire ? (1998), est délibérément discret, un exercice de chanson d’art. En 2000, cependant, PJ Harvey sort Stories from the City, Stories from the Sea, un retour au rock hymnique avec des aspirations pop et une tournure improbable : pour la première fois, Polly Jean Harvey chante l’amour et le sexe avec une satisfaction sincère. Cet album lui vaut le premier Mercury Prize jamais attribué à une femme. D’autres collaborations avec d’autres artistes ont suivi, notamment avec les hard rockers Queens of the Stone Age, sur le projet parallèle Desert Session, Vol. 9-10 (2003), où elle était très présente.

En 2004, Harvey sort l’album autoproduit Uh Huh Her, sur lequel elle joue de tous les instruments, à l’exception des percussions, et poursuit son discours unique sur l’amour, qui, selon toutes les indications, a de nouveau mal tourné pour elle. En 2006, les performances radiophoniques en direct d’Harvey pour le célèbre disc-jockey et créateur de goûts alternatifs John Peel ont été publiées sous le titre The Peel Sessions, 1991-2004. L’album de 2007 de Harvey, White Chalk, est un retour à la chanson d’art : il est chanté presque entièrement en fausset et accompagné au piano (un instrument que Harvey connaît à peine) plutôt qu’à la guitare. Rarement un rockeur aussi capable de se lâcher n’avait été aussi déterminé à se retenir.

Après White Chalk, Harvey a collaboré avec Parish sur l’album A Woman a Man Walked By (2009). Du grognement conflictuel de la chanson titre de l’album aux lignes douces de « Cracks in the Canvas », Harvey a démontré une fois de plus que sa voix était un instrument capable de transmettre une gamme d’émotions dramatiques. Elle est ensuite réapparue avec Let England Shake (2011), un album aux influences folk et enjouées qui faisait allusion aux batailles de la Première Guerre mondiale dans le cadre d’un portrait complexe de sa relation avec sa patrie.

En 2011, Let England Shake a valu à Harvey son deuxième Mercury Prize, faisant d’elle la première lauréate à deux reprises de ce prix. Elle s’est concentrée sur ce qu’elle considérait comme des injustices d’origine américaine sur The Hope Six Demolition Project (2016), sur lequel elle a fait des recherches en se rendant au Kosovo, en Afghanistan et dans certaines parties de Washington, D.C. ; l’album a été enregistré en public derrière une vitre sans tain dans le cadre d’une installation artistique. Le metteur en scène belge Ivo van Hove a ensuite choisi Harvey pour créer la musique de son adaptation théâtrale londonienne de 2019 du film classique All About Eve, et l’album de la bande-son, largement instrumental, est également paru cette année-là. En 2013, Harvey a été nommé membre de l’ordre de l’Empire britannique (MBE).

A lire aussi :