Interview : Jarod, Attitude, Son équipe, Hendek, Dr. Bériz…

Jarod, L’homme que l’on ne présente presque plus.  Artiste du 19eme arrondissement parisien, son prochain album intitulé « Attitude » sortira le 13 octobre. Pour l’occasion nous recevons Jarod en Interview Exclusive pour parler avec LibertyMusic de son actualité.



Interview : Jarod, Attitude, Son équipe, Hendek…

Il ne s’agit pas d’un artiste « figé » dans son style. Il aime innover, s’adapter à son environnement et proposer des sons différents les uns des autres,  surnommé le Cameléon, il a pris le blaze de « Jarod » qui est le nom du personnage principal d’une série intitulée « Le Caméléon« . C’est Gims qui lui a donné ce nom, car Jarod est un homme multifonctions dans sa musique comme dans la vie, il parle plusieurs langues, « touche à tout »…


LibertyMusic :

Bonjour Jarod, tu es en direct du Canada, tu t’apprêtes à sortir le 13 Octobre « Attitude », ton nouvel album, 15 tracks, 6 featurings, un beau projet, comment vas-tu ?

Jarod :

Beh ça va et toi ?

Moi ça va, que fais-tu au Canada ? Déjà en préparation de ton prochain projet ?

Ouais, je travaille beaucoup de choses, j’ai des rendez-vous, je fais des clips et j’organise deux ou trois trucs mais j’en parlerai plus tard.

Sur ton Facebook « Jarod le Caméléon », on peut voir la mention « Sortie Digitale le 13 Octobre » est ce qu’on doit s’attendre à le voir exclusivement disponible en Digital ? Si oui est ce un concept que tu souhaites promouvoir et justement à l’avenir sortir davantages de projets digitaux ?

« c’est un projet qui annonce un autre projet. »

Je n’avais jamais fait donc je me dis que c’est une expérience bien pour moi, de voir si en termes de ventes je vais vendre la même chose que sur mes précédents albums. Donc c’est cool puis on va dire que c’est un « entre-deux », c’est un projet qui annonce un autre projet.

Le disque d’or pour toi c’est l’objectif avec « Attitude » ?

Absolument pas, j’essaye d’éviter car les chiffres c’est quelque chose qu’on ne maitrise pas, moi je suis plus dans le coté artistique, après la vente c’est le travail de mon équipe et de mon management, moi j’essaye de garder le côté artistique au centre.

« Parfois c’est le beat qui fait le hit faut pas oublier ça »

L’album compte 6 featurings, lorsqu’on jette un coup d’oeil à la tracklist que tu as annoncé, on repère vite qu’en toute humilité, tu annonces les beatmakers, l’équipe qui s’occupe du mixage ainsi que du mastering, j’aime bien ce principe car les hommes et les femmes de l’ombre ne sont jamais exposés, c’est une façon pour toi de remercier ?

Bien sûr, parce qu’ils participent comme moi au travail, je ne prétends pas travailler plus qu’eux, c’est à dire que sans leur travail, le morceau, les gens ne l’entendent pas tel qu’il est en fait, je ne suis pas seul, c’est moi qui suis mis en avant mais derrière il y a un tas de gens qui bossent.

« c’est normal de les dédicacer »

Je pense que c’est normal de les dédicacer. Je bosse avec beaucoup de gens. C’est cool, même des gens du milieu, ils peuvent aller regarder et voir qu’on a fait tel mastering avec la mème équipe qu’eux ou encore qu’ils ont reçu des beats du même beatmaker, c’est un peu un truc interne tu vois, parce que le grand public ça peut intéresser mais je pense qu’ils ne connaissent vraiment pas, c’est pour qu’ils aient une visibilité dans le milieu. Parfois c’est le beat qui fait le hit faut pas oublier ça, des fois c’est l’artiste mais parfois si il n’y avait pas le beat le son n’aurait jamais marché autant.

Moi je pense que c’est vraiment les fondations d’un titre, cette interview on l’a annoncé sur les réseaux, notre communauté a pu poser ses question, 1er question de Clement, un lecteur « Dans attitude 1 « Hendek » tu parles d’une galère pour tourner le clip, peux tu revenir sur ce clip et cette malheureuse altercation qui a eu lieu, et penses-tu refaire un feat avec VOLTS FACE ? »

Alors ouais, « Attitude 1 » c’était un grand micmac, parce qu’on a galéré avant de trouver les idées. On s’est dit « mais qu’est ce qu’on va faire pour la série des attitudes ? », on s’est tellement pris la tête qu’à la fin on avait plus d’idées, tu vois donc on a commencé à tourner à l’arrache avec une idée bizarre où je jette du poulet sur une meuf (rires) vous pouvez le voir dans le clip, c’est du n’importe quoi !

« mais en fait ce clip là, il va falloir que je me batte pour qu’il sorte »

Et oui pendant le clip on a eu un milliard de galères, des figurants qui nous lâchent et puis d’un coup.. on tourne et BOOM, bagarre, c’était vraiment le summum, je me suis dis mais en fait ce clip là, il va falloir que je me batte pour qu’il sorte, en fait, il va falloir que je me batte mais vraiment au sens littéral. Après on s’est dit « allez c’est parti » on va faire le clip avec un coquard.

« Parce que j’en avais pris une bonne »

Parce que j’en avais pris une bonne (rires) et ouais on a fini le clip puis voilà on a fait ce qu’on avait à faire, mais c’était vraiment incroyable on a eu des galères sur ce clip mais bon on a voulu partager avec les auditeurs pour qu’ils comprennent, parce que parfois on reçoit des commentaires « Pourquoi tu fais pas ça ? » « Pourquoi tu sors pas un clip toutes les semaines ? »… on fait avec les moyens qu’on a, on est  indépendant déjà d’une et de deux tu peux pas tout maitriser dans la vie, donc voilà.

Pour la deuxième question, VOLTS FACE pourquoi pas un jour, avec plaisir, c’est un artiste que j’aime beaucoup !

J’aimerais que tu me parles d’une citation sur Attitude 3, intitulé « Libre » c’est un titre qui ne figure pas sur l’album mais qui m’a vraiment plus, je cite « Je suis attiré par les mecs qui taffent, je suis attiré par les gens de ma ville, j’avance comme je veux mais je pourrais ap sans le staff ». Est ce que tu peux me parler de cette citation où je pense tu parles du staff qui t’entoure ? « Jarod » c’est aussi un projet avec une équipe dérrière au quotidien, parle moi de ton équipe

On commence, on est quoi… une dizaine, chacun a son rôle, on a quelqu’un pour le management, un avocat dans l’équipe, un ingénieur son, deux DJs, beatmaker, on a qui.. On a Mélanie qui s’occupe de la direction artistique, l’équipe de musicast qui taffe avec nous, les prochaines équipes des maisons de disques…

« je me dois de donner cette force »

Je bosse en parallèle avec un tas de gens, oui c’est de la force que tu prends au quotidien des gens qui t’entourent, je me dois de donner cette force. en fait c’est vraiment normal, il faut savoir que derrière un artiste, il y a une équipe, parce qu’un artiste qui a une carrière par exemple, comme la mienne, qui dure depuis plusieurs années et bien ce n’est pas possible si derrière il y a pas des gens qui tiennent la route !

« non ce n’est pas sur que je rappe toute ma vie »

Une question de « Thomas, un lecteur « Tu te vois rapper toute ta vie ou un jour tu penses explorer d’autres horizons, en dehors de la musique par exemple »

Je l’ai déjà fait, je le fais même un peu actuellement, non ce n’est pas sur que je rappe toute ma vie, vraiment pas. j’essaye de donner au max pour l’instant , c’est mon travail, c’est ce que j’aime faire, mais bon l’avenir est incertain.

Je sais que par le passé, tu as organisé le « Freestyle Tour », une scène ouverture où les kikeurs pouvaient à leur guise venir freestyler, est ce que tu prévois d’en organiser à l’avenir ? Sur Paris ou en province ?

« si on le refait c’est d’une manière plus pointue. »

On en a fait beaucoup mais c’est pas une mauvaise idée, on a déjà fait 25 villes en France ou même au Canada, mais pourquoi pas ! Mais si on repart ça sera encore mieux avec la communication, je prends mon temps. Mais si on le refait c’est encore en mieux ! Tu vois les freestyles tours ont fait parler d’eux mais si on le refait c’est d’une manière plus pointue.

Je pense que tu es un artiste connecté aux réseaux, tu as surement entendu parlé d’un concept qui depuis quelques années maintenant a bien pris place en France, le rap battle, autrement appelé le battle rap. (On peut citer « RapContender » ou encore « Battle PunchlinerZ ») Le concept est simple 1 format avec 2 MCs, a capella s’affrontant avec des punchlines, déjà je me demandais ce que tu en pensais mais si toi aussi en ta personne ça pourrait te brancher ? Sous ce format ou un autre format ?

Je respecte grave après c’est pas trop mon trip, moi j’aime bien quand les mecs lâchent du texte. J’aime beaucoup l’impro mais sous forme de clash.. on le faisait avant, je l’ai fait quand j’étais jeune mais bon c’était moins notre trip.

« Moi je suis plutôt axé sur le coté artistique »

Moi je suis plutôt axé sur le coté artistique, studio, moins sur l’affrontement, mais je respecte à mort c’est juste pas mon trip. D’ailleurs tu me parlais de réseaux sociaux et j’aimerai passer un grand big up à Maryeme et Tahina qui sont nos « community manager ». Elles font un travail incroyable sur ces réseaux mais vraiment ! J’ai pas l’occasion de les big up mais là, je le fais. Depuis 1 an et demi elles font augmenter nos réseaux. Tu sais pour nous c’est le nerf de la guerre, pour nous les indépendants.

« Big up à Maryeme et Tahina »

Deux personnes très agréables ! Un autre projet qui fait le buzz en ce moment c’est celui de Fianso « Rentre dans le cercle », un format que tu dois apprécier ? On peut imaginer te voir sur ce type de production ?

On m’en a parlé, moi tu peux me voir partout ! Si Fianso fait appel à moi, je viendrai découper ça ! Après voila il sait à quoi s’en tenir, tout le monde sait à quoi s’en tenir si je me déplace. (rires) Moi il n’y a pas de problème, avec grand plaisir, et big up à lui, big up à tous les gens qui participent à ce concept, c’est un peu dans la lignée des freestyles tours je trouve tu vois, c’est un très bon délire.

Si on se recentre sur le projet j’aimerais te parler de Dr. Bériz, il participe à 3 titres sur l’album, Comment s’est faite cette collaboration ?

« on se connait depuis qu’on a 16/17 ans »

Bah on est amis d’enfance, on se connait depuis qu’on a 16/17 ans, je vais pas te mentir c’était normal ! C’était juste que depuis quelques années on avait pas trop le temps de s’attraper, là on a eu l’occasion de se capter et on a fait les 3 titres mais ce n’est qu’un échantillon de ce qu’on a fait ensemble, on est encore en train de bosser sur des titres. Bériz c’est normal c’est un mec avec qui j’ai commencé, on se connait par cœur, en studio c’est fluide, on a fait des scènes ensemble. Quand je suis en studio avec ce mec là, c’est comme si j’étais au studio seul.

Dont un clip qui vient de sortir, Harakiri, j’invite d’ailleurs tout le monde à aller le voir.

Nous sommes nous originaires du 60, samedi prochain une date est annoncée, le 7 octobre, à Nogent sur Oise, grosse date ?

D’ailleurs big up à Yannick pour le montage (NDLR: du clip Harakiri). Ah oui grosse date, on organise ça avec nos gars de Creil, c’est vraiment un endroit ou je passe beaucoup de temps, je connais les gens et je connais le public, ça faisait longtemps que j’avais pas fait une date à Creil/Nogent (au moins 5/6 ans même si j’ai fait Clermont de l’Oise, il y a peu de temps.) Donc c’est cool et j’invite tout le monde à venir c’est au château des rochers, il y aura un dj set puis moi et Six Hood en première partie, on a fait un bon titre avec eux.

Pour terminer cette interview deux questions de notre communauté, une première question de Paul, un lecteur, « Si tu devais citer deux feats, un sur l’album et un sur ta carrière en général, quels sont les deux que tu préfères ?

Bakah, il rentre en studio, Beriz dit « Vas y rentre »

Alors sur Attitude.. putain j’ai aimé tous les feats ! Allez le premier qui me vient en tête c’est « Bac à sable », avec Beriz et Bakah, un jeune du 9eme que je connais depuis que je suis jeune, je connais d’ailleurs les frères, big up à eux, je ne savais même pas qu’il rappait, à un moment notre guitariste envoie une boucle de guitare, avec Beriz on a travaillé notre truc, et d’un coup je vois Bakah. Il rentre en studio, Beriz lui dit « Vas y rentre » et je vois il rentre en studio et boom il nous balance un truc super, alors que tu vois je ne savais même pas qu’il rappais.

« tu vois je ne savais même pas qu’il rappait. »

Il était là mais je ne savais pas, il a lancé un super truc. Moi derrière j’ai fini le travail, ce jour là on était beaucoup mais on a été très productifs. Sinon je dois te dire sur toute ma carrière… Je vais te dire « Swift Guad », c’était cool, le morceau « A l’aise ». On a enregistré d’un trait, on a été faire le clip dans la foulée dans un domaine en Dordogne, je dormais sur une ile. J’avais ma petite maison sur une île, ça m’a marqué, moi faut me mettre « confort » et après je suis content (rires)

Une dernière question de Marc, Manager du Duo Madjeek : « Quelles sont tes influences musicales ? »

En ce moment un peu de Migos, qu’est ce que j’écoute… Tout ce qui est pop ça m’inspire, Stromaé j’aime aussi beaucoup ce qu’il fait ! Du jazz à mort, je sais pas si ça se ressent sur l’album mais voila il y a beaucoup de choses.

Jarod, je te remercie. Rendez-vous donc le 7 octobre prochain à Nogent-sur-Oise, je te laisse le mot de la fin.

Respect à vous, longue vie à nous.



Retrouvez LibertyMusic sur les réseaux sociaux, Facebook, Twitter, Snapchat et Youtube.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *